Découvrez ma thèse professionnelle [French article]

Dans le cadre de ma dernière année de Master en Management du Marketing Digital à l’IDRAC de Lyon et de mon alternance au sein de l’agence web lyonnaise Askin, j’ai eu l’occasion de rédiger une thèse professionnelle sur la problématique suivante :

Dans le contexte actuel, quelles sont les limites des méthodes agiles lorsqu’il s’agit de développer la prospérité d’une agence web ?

→ Lisez l’intégralité de ma thèse
en demandant votre accès sur Google Drive ! ←

En voici un petit extrait focus sur l’écosystème web Lyonnais…

Lyon : L’exemple d’un écosystème favorable aux agences web

Lyon, ville primée et labellisée « Métropole French Tech »

En 2017, Lyon a été élue 7ème meilleure ville pour les millennials. Le classement a été déterminé en fonction de la capacité des villes à « avoir une structure économique et commerciale prospère, offrir un accès abordable aux éléments essentiels dont les jeunes ont besoin pour survivre, avoir une ouverture et une tolérance qu’on attend de plus en plus couramment au 21ème siècle, et enfin, donner une chance aux millennials de se relaxer » (Nestpick, 2017).

Ce classement inclut des critères technologiques et innovants comme le score de rapidité d’internet pour lequel Lyon obtient 8,0/10 devant Paris qui obtient 7,4/10. Un score de bière et un score de festival sont également déterminants dans ce classement et démontrent l’importance du cadre loisir. Lyon et Paris, qui finit 9ème après Lyon, se démarquent sur le plan de la santé (10,0/10) et sur les services de transport. En revanche, les deux villes n’ont pas de très bons scores concernant l’emploi et notamment la nourriture. « Lyon étant internationalement reconnu pour sa gastronomie » (La French Tech, 2017), nous nuancerons donc ces résultats. Toutefois, nous retenons que Lyon fait partie de ce Top 10 des villes les plus attrayantes pour la Génération Y, autrement appelée les millennials.

Lyon est également la « 1ère ville de France où il fait bon entreprendre » (La French Tech, 2017). Ce classement des villes où entreprendre a été établi « selon trois critères : infrastructures, écosystème et éducation » (Chabal, 2017). Ce n’est toutefois pas une surprise puisque « Lyon a tout d’un écosystème French Tech remarquable et attractif » (Ville de Lyon, 2014). La ville est d’ailleurs labellisée « Métropole french Tech » depuis 2014. Cette démarche est « un grand mouvement de mobilisation collective pour la croissance et le rayonnement international des startups numériques françaises » (Ville de Lyon, 2014). Ce label reconnaît les écosystèmes dynamiques et rayonnants à l’international qui ont à la fois une culture entrepreneuriale, une grande maîtrise des technologies, des talents et des financements pour répondre aux besoins des startups françaises, des talents et des investisseurs. On reconnaît dans ce label les cinq piliers de l’écosystème technologique qui sont : l’accès aux talents pour développer de beaux projets, la densité pour trouver des acteurs au même endroit, la culture pour que les idées se confrontent, le capital pour trouver des investissements et le contexte régulatoire qui favorise l’écosystème.

L’écosystème web lyonnais

La force de l’écosystème du web lyonnais est qu’il est capable de réunir les cinq piliers de l’écosystème technologique en un seul événement : BlendWebMix. La culture se transmet à travers les conférences et le networking, les talents et le capital des investisseurs sont réunis dans le Startup Contest et ce sont 1 800 visiteurs qui sont réunis à la Cité internationale pendant deux jours chaque année depuis la première édition en 2013. Cet événement est porté par La Cuisine du Web qui est née en 2012 et qui se définit comme « L’Action Tank au service de l’écosystème web lyonnais » (La Cuisine Du Web, s. d.).

La métropole lyonnaise est perçue comme un écosystème accueillant avec des incubateurs comme Boost in Lyon, des espaces de coworking comme La Cordée, des levées de fonds, de nombreuses formations et des événements. « Lyon est devenue un « écosystème autonome » avec une vitalité sans pareil en France » (La French Tech, 2017). En effet, Lyon possède une communauté hyperactive qui se réunit très fréquemment lors des nombreux événements qui sont organisés.

A Lyon, il est possible de se rendre à des événements comme des apéros autour de différents langages de programmation, des meetups design et technologie, des petits-déjeuners pour les e-commerçants, des dîners pour les CTO, mais aussi des hackathons qui réunissent des développeurs le temps d’un week-end, ou encore la course du web, etc. On peut ainsi faire la connaissance de son futur patron en allant faire un footing sur les berges du Rhône.

Certains de ces événements sont également organisés par La Cuisine du Web. Depuis la fermeture en 2009 de Lyon info-cité, association pionnière du web à Lyon, il n’existait plus aucune structure qui permettait aux acteurs du web de se rencontrer. La Cuisine du Web a donc repris le défi de rassembler la communauté du web. Rencontrer les acteurs est donc une possibilité que les agences web doivent saisir car elles « se retrouvent rarement en concurrence frontale pour décrocher des contrats. Les clients visés ne sont souvent pas les mêmes, ou alors pour proposer des services différents » (Lonchampt, 2016).

C’est aussi à La Cuisine du Web que l’on doit la création de la première Tour du Web en janvier 2016 dans le 7ème arrondissement de Lyon. Ce lieu accueille des indépendants, des startups du web, ainsi que des conférences et des ateliers. A la Tour du Web, « on est bien dans un environnement web, avec console de jeux vintage, baby-foot et barbecue prêt à être dégainé́ dès que les beaux jours arrivent » (Lonchampt, 2016).

Cet esprit collectif a d’ailleurs séduit Xavier Delpanque qui a quitté la société Evernote en Californie pour s’installer à Lyon et qui a retrouvé cet état d’esprit qu’il avait connu à San Francisco. Il est donc indéniable que « la région Rhône-Alpes possède un certain nombre d’atouts : qualité de vie, accessibilité, infrastructures, climat… qui la rapprochent, dans l’état d’esprit, de l’Ouest américain et de la Silicon Valley en particulier » (La Cuisine du Web, s. d.). Lyon offre ainsi un cadre idéal aux acteurs du web pour des coûts moins importants qu’en région parisienne.

→ Lisez l’intégralité de ma thèse
en demandant votre accès sur Google Drive ! ←

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *